Soutenance

SOUTENANCE DE MADAME GARANCE TARDIEU

le 30 septembre 2020
15H
Titre de la Thèse: La réception des arrêts de la Cour interaméricaine des droits de l'homme par l'Etat du Mexique: des transformations en trompe l'œil.
Si la responsabilité de protéger défendue par Kofi Annan semble s’imposer comme une évidence au cœur de la mondialisation actuelle, les Etats doivent repenser leurs relations vis-à-vis de leurs pairs et des différents systèmes de régulations internationaux. Les droits se sont peu à peu internationalisés et les organes supranationaux de prévention et de protection des droits de l’homme deviennent des interlocuteurs de premier plan, susceptibles d’influencer les décisions nationales. Et c’est d'autant plus vrai pour la région latino-américaine qui a développé et consolidé au fil des années, un véritable système de protection rendant exigible le respect des droits des individus. Celui-ci se matérialise par la possibilité de recours pour les victimes à la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme. L’Etat mexicain, avec sa spectaculaire réforme constitutionnelle de 2011 n’a pas échappé à ces évolutions. Mais dans les faits, face à des résistances nationalistes et une volonté latente et récurrente de souveraineté, les arrêts de la Cour Interaméricaine des droits de l’homme ont-ils réellement été vecteurs de transformations pour le Mexique ? À travers ce questionnement, en se fondant sur une recherche empirique importante de plus de 40 entretiens réalisés avec les principaux acteurs, l’étude cherche à montrer quels ont été les impacts des premiers arrêts de la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme dans l’administration publique mexicaine ; et comment, bien que l’Etat ait créé des institutions en charge de l’agenda des droits de l’homme, un certain nombre de freins, qu’ils soient juridiques ou politiques, ont rapidement émergés remettant en cause la réalité et la pérennité de ces transformations. Ces limites ne trouvent pas encore aujourd’hui de solutions durables. Le rôle et l’ingéniosité des acteurs et des institutions à s’adapter aux contextes sont la clé de lecture dans ce processus de réception et de mise en application du droit international.
 
Mis à jour le 24 septembre 2020