SOUTENANCE DE MONSIEUR GORMAND GUILLAUME

le 30 novembre 2017
Titre de la thèse : L'évaluation des politiques publiques de sécurité : résultats et enseignements de l'étude d'un programme de vidéosurveillance de la Ville de Montpellier.
Mots clés : Evaluation, Vidéosurveillance, Sécurité, Prévention situationnelle, Politiques publiques, 

 
Le développement de la vidéosurveillance en France depuis les années 1990 révèle une évolution atypique. Cette opportunité technique portée par l'innovation technologique s'est tout d'abord fermement inscrite dans un violent débat, confrontant des positionnements idéologiques favorables ou opposés à la charge symbolique que véhiculait la vidéosurveillance. Finalement, grâce à des campagnes convergentes de légitimation que cette thèse décrit, les caméras de surveillance ont progressivement été affranchies de leur image liberticide pour durablement s'inscrire dans les programmes locaux de sécurité ainsi que dans les politiques publiques nationales. Cependant, après plus de deux décennies d'installations et d'extensions de réseaux de vidéosurveillance sur la voie publique, il n'existait, avant ce travail de recherche, aucune étude scientifique des contributions de cette technologie à la sécurisation d'un territoire. Avant toute chose, une contextualisation, nationale et locale, du succès de cet outil sociotechnique permet une mise en perspective de l'opportunité d'une démarche d'évaluation de politique publique pour éprouver la vidéosurveillance. Ce travail préalable révèle l'état des études françaises relatives au développement des caméras de surveillance et examine les méthodes d'évaluation disponibles. Le cœur de cette recherche interroge une promotion de la vidéosurveillance qui semble dépourvue de tout fondement rationnel, en rapportant les enseignements et résultats issus d'une démarche d'évaluation d'un programme d'extension de caméras de surveillance dans une grande commune française : Montpellier. Volontairement détaché des questionnements autour de la préservation des libertés individuelles, le travail réalisé se concentre sur l'identification et l'emploi d'une formule permettant l'examen de la vidéosurveillance et sur la justification des résultats obtenus sur un terrain spécifique. Pour cela, la recherche de terrain, conduite entre 2012 et 2015 dans le cadre d'une convention industrielle de formation par la recherche (CIFRE), a donc consisté à mettre en pratique une importante collecte de données encadrée par un protocole rigoureux. Ce travail interroge aussi la place de l'évaluation des politiques publiques de sécurité en France, en proposant une approche originale ouverte aux doctrines internationales. Conscient de l'opposition des méthodes expérimentales et réalistes, cette thèse suggère une voie de conciliation de ces deux écoles. Elle propose pour cela un protocole respectant les standards de la Campbell Collaboration mis en parallèle d'une interprétation des données guidée par la doctrine réaliste de l'évaluation. Après avoir établi la rigueur de la méthode déployée, cette recherche présente des conclusions argumentées quant à la contribution de la vidéosurveillance à la sécurité publique d'un territoire. Les résultats de l'évaluation s'attardent principalement à démontrer la pertinence du positionnement légal de la vidéosurveillance comme un dispositif de prévention situationnelle de la délinquance. Au final, après avoir exposé la validité interne et externe des résultats obtenus, la thèse interroge le paradoxe de la diffusion d'un outil qui paraît insensible à sa remise en cause pragmatique. Car malgré des résultats fiables quant à une contribution finalement négligeable de la vidéosurveillance à la sécurisation d'espaces publics, il semble que la croissance de cet outil repose sur une pernicieuse synergie de rationalités hétérogènes que la présente thèse tâche de décrire.

Emplacement

Saint-Martin-d'Hères - Domaine universitaire
Mis à jour le 26 juin 2019